fbpx
Your search results

La colocation pour les seniors

Le nombre de personnes âgées dans les pays développés ne cesse de croître. En Australie, par exemple, il est passé de 11,8% à 14,7% de la population totale entre 1994 et 2014, selon l’Australian Bureau of Statistics. En Europe, il pourrait bien atteindre 30% d’ici 2050. C’est le résultat direct non seulement du baby-boom de l’après-guerre, mais également d’une amélioration des soins de santé et de la nutrition. De nos jours, atteindre la soixantaine ne signifie plus la fin d’une vie active, que ce soit sur le plan professionnel ou physique.

Dans le même temps, un nombre croissant de retraités seuls, séparés, jamais mariés, ou veufs, et cherchent à trouver le juste équilibre entre l’indépendance totale et la présence de quelqu’un d’autre à proximité lorsqu’ils ont besoin d’aide, d’assistance ou tout simplement de compagnie pour rompre la solitude. L’augmentation du taux de «divorce gris» est un autre phénomène du monde développé. Aux États-Unis, par exemple, le taux de divorce chez les personnes de plus de 50 ans a doublé depuis 1990. Plus du tiers des femmes âgées de 65 ans et plus vivent maintenant seules en raison d’un divorce.

De manière générale, la solitude n’est pas le seul facteur qui porte ce choix, en effet, c’est aussi car payer un loyer coûte cher. La hausse des prix des logements et des loyers, en raison de la crise du logement vécue par de nombreuses villes du monde, rend ce choix de vie de plus en plus difficile à payer.

Quelles sont les options pour les aînés ?

La vie en colocation est généralement une solution de choix, car la plupart des chambres situées sur des sites de colocation traditionnels sont destinées aux étudiants ou aux jeunes professionnels. Bien souvent, les colocataires cherchent quelqu’un de leur âge.

Il est toutefois intéressant de noter que les statistiques montrent une augmentation significative du nombre de personnes âgées partageant un même hébergement : au Royaume-Uni, par exemple, le nombre de personnes âgées de 55 à 64 ans vivant dans des appartements en colocation a augmenté de 343% au cours des cinq dernières années. 65% sur 600%, selon le site de colocation Spareroom. Près de 10% des utilisateurs ont maintenant plus de 45 ans, ce qui porte à près de 29 ans l’âge moyen des utilisateurs du site.

Il est également intéressant de noter que le nombre de logements sous-occupés au Royaume-Uni est important, représentant environ 83% des logements en propriété. Beaucoup de ces maisons appartiennent à des personnes de plus de 50 ans dont les enfants ont déménagé ou dont le partenaire les a quittés ou est décédé. Il est donc ironique de constater que cette «offre en sommeil» de chambres laissées vacantes pourrait effectivement contribuer à répondre à la demande toujours croissante en logements.

Il existe également la colocation intergénérationnelle, cette forme de cohabitation peut apporter de nombreux avantages à la fois pour les jeunes et les personnes âgées.

En France, la colocation intergénérationnelle est de plus en plus populaire. Selon une étude menée par l’Union nationale des associations familiales (UNAF) en 2021, il y aurait environ 40 000 colocataires intergénérationnels en France, dont 70% de femmes. La majorité des colocataires intergénérationnels sont des jeunes de moins de 30 ans, tandis que les personnes âgées ont en moyenne plus de 75 ans.

En outre, l’étude a révélé que les principales motivations des colocataires intergénérationnels étaient l’échange, l’aide mutuelle et le partage des frais de logement. Les personnes âgées cherchent souvent des compagnons de vie pour éviter la solitude et rester autonomes plus longtemps, tandis que les jeunes cherchent souvent des solutions de logement à coût abordable dans les grandes villes.

Comment trouver les bons colocataires ?

Par conséquent, il s’agit avant tout d’aider les seniors à trouver les bons colocataires, de les faire correspondre à leurs pairs, de les encourager à adopter à nouveau le partage du logement à la maison. Cela commence avec l’âge, en fonction de leurs critères. Très souvent, les personnes âgées préfèrent vivre avec des personnes de leur âge, comme avec des étudiants dans la vingtaine ou des jeunes professionnels dans la trentaine.

Mais faire correspondre des colocataires seniors ne devrait pas en rester là. Certains aînés seront toujours des professionnels actifs, d’autres seront à la retraite. Certains seront des pigistes travaillant à domicile, d’autres seront sur la route et voyageront constamment, utilisant leur chambre uniquement comme pied-à-terre. Certains vont se lever tôt et prendre une douche à 6h du matin, d’autres aimeront faire la grasse matinée. Comme dans toute colocation, des conflits peuvent survenir lorsque des personnalités se heurtent ou que les choses ne sont pas discutées au bon moment, c’est pour cela qu’il faut établir dès le début quelques règles, afin de profiter pleinement de cette colocation.

Prendre en compte le choix des seniors pour une colocation

Au premier abord, il est facile d’imaginer que les aînés peuvent être un peu plus exigeants et plus prudents lors du choix d’un colocataire. Après tout, beaucoup d’entre eux se sont habitués à être indépendants et à vivre par eux-mêmes, et recherchent une personne qui ne devrait toutefois pas être envahissante. Avant tout, ils veulent aussi se sentir en sécurité et pouvoir faire confiance aux personnes au sein de cette maison partagée.

Les seniors étant de plus en plus familiarisés avec les technologies, ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers Internet pour chercher des colocataires par annonce, mais il s’agira avant tout de trouver le bon partenaire, pour avoir un bon projet. Ce sera le principal argument pour les convaincre de mettre en location leur chambre d’amis ou de revenir vivre avec quelqu’un.

Articles annexes :
Village senior
Résidence service senior
Foyer logement
Béguinage
Résidence autonomie
Habitat intergénérationnel

  • Contactez-nous

    • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Compare Listings